• Les Hussards

Les hussards en 3 questions

Dernière mise à jour : 7 nov.

Par François Jonquères pour L'Incorrect


Qu’ont représenté les Hussards dans la littérature française d’après-guerre ? Un phare dans la tempête, la lumière au bout d’un tunnel, un verre d’Aberlour ou de Bunnahabhain après une mauvaise journée, une main tendue au bord d’un précipice, une bouffée d’air frais, une idée de la liberté, le style, enfin.

Ont-ils encore une actualité (littéraire, sociale, politique, artistique) ? Que peut-on en garder ?

Les Hussards ont été les premiers à deviner que notre monde vivait ses derniers instants, à flairer la fin d’une époque où l’on osait encore croire à la famille, à la grandeur de la France, à glorifier son histoire et ses valeurs. Ils sont une source constante d’inspiration et des modèles très convenables pour qui souhaite s’émanciper des diktats de la pensée pour tous et refuser toutes formes de décadence. Rien n’est jamais définitif, jusqu’à la dernière charge.

On les classe généralement à droite, voire à l’extrême droite : cela épuise-t-il leur génie ?

La politique fait mauvais ménage avec la littérature. Le cœur est, anatomiquement, à gauche quand certains laissent penser que l’intelligence est exclusivement à droite. Mais cela n’explique pas tout leur génie. Les Hussards avaient ce qui fait trop souvent défaut aujourd’hui, créativité, esprit et courage.



21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout